Mr Van-Hecke, Simplon

T. Van-Hecke, formateur à Simplon Roubaix
T. Van-Hecke, formateur à Simplon Roubaix
``L'avenir appartient à ceux ...
SA VISION SUR LA TRANSITION NUMÉRIQUE :

« Le numérique est présent partout. C’est un domaine qui va recruter de plus en plus. On ne peut pas faire sans. On ne sait pas comment cela va évoluer, cela évolue tellement vite qu’il est difficile de dire ce que ce sera dans 6 mois. Avant l’électricien du coin, pour faire sa pub, il posait des flyers dans les boites aux lettres, aujourd’hui si tu cherches un électricien, la première chose que tu vas faire c’est sortir ton smartphone. »

Thierry Van-Hecke est formateur à Simplon Roubaix, une formation qui propose un programme intensif pour devenir web-développeur en seulement 6 mois. Nous avons pu le rencontrer à l’occasion d’un atelier d’initiation à la programmation qu’il animait.

SIMPLON

Simplon.co est un réseau d’écoles (appelées « fabriques ») qui propose des formations gratuites et accessibles à tous pour devenir développeur de site web, d’applications mobiles, intégrateur, … et tous les métiers qui se rattachent à la création d’interfaces.

A l’origine de cette formidable entreprise, deux passionnés d’informatique. Ils sont partis du constat que le système scolaire devenait obsolète et qu’il était difficile de faire de sa passion un métier avec un taux de chômage en hausse. Ils ont donc décidé de créer leur propre école, Simplon. Le nom vient de la rue où ils ont pu ouvrir leur premier local (rue du Simplon à Paris).

Les formations sont avant tout faites pour les éloignés de l’emploi. Tout est pris en charge par l’école mais il faut savoir faire preuve d’une grande motivation.

Le projet de Simplon.Roubaix a été porté par l’ADEP (Association pour le Développement de l’Education Permanente) qui proposait déjà des formations en marge du cadre scolaire lambda.

Plus d’informations sur la formation proposée ici : simplon.co

Une rupture avec l’école classique

Les méthodes ne sont pas comparables à celle des écoles classiques. L’absence de notation et de cadre strict et très réglementé permet aux élèves un meilleur épanouissement. « A Simplon, il n’y a pas de cours, pas de profs, pas de notes, pas d’évaluations. On sort complétement du système scolaire » rapporte Mr Van-Hecke. Les fondateurs ont compris les failles de l’éducation nationale et tendent à revaloriser le « Do it yourself ». « A l’école, si on se trompe, on a une mauvaise note, cela met l’élève en situation de stress. Avec la peur de se tromper, il perd tous ses moyens ». Dans cette formation, les apprenants ont parfaitement le droit à l’erreur et les formateurs savent que faire des erreurs est un bon moyen d’apprendre.

« Se former par soi-même »

A l’école, les formateurs sont considérés comme des « coachs ». Ils viennent en appuis par rapport aux formés, et ne sont en aucun cas là pour les assister complétement. « Nous sommes là pour les guider. Le but de la formation est de réussir à s’auto-former ». A Simplon on apprend surtout par soi-même mais ce n’est pour autant que cela se fait de manière individuelle. Les apprenants constituent un groupe solidaire. Personne n’est laissé sur le côté s’il ne parvient pas à trouver les ressources seul. Des projets sont à rendre chaque semaine afin que les élèves soient toujours assidus. La grande différence avec le fait d’apprendre chez soi est l’encadrement. « Quand on est chez soi, on est difficilement motivé. La dynamique de groupe et les projets vont les motiver à poursuivre la formation ».